• Jérôme Garcin

    Littérature

    Jérôme Garcin : « Jacques Lusseyran aurait sa place au Panthéon »

     

    J Garcin

     

    C’est vrai que Jacques Lusseyran est un auteur injustement oublié de ses contemporains. C’est vrai que peu de gens connaissent son nom, ou même ses livres. Mais Jérôme Garcin prouve, une fois de plus, qu’il a une façon éclatante de réparer les oublis de l’histoire. Depuis des décennies, le directeur littéraire du « Nouvel Observateur » excelle à faire survivre ceux dont on n’ignorait jusqu’à l’existence. Faisant ressurgir des limbes des auteurs méconnus, des destins héroïques. « Une manière de leur donner une place qu’ils n’avaient pas » souligne-t-il avec une vraie modestie. Procédé littéraire que pratiquaient déjà les Anciens, notamment le poète Pindare en éclairant « le courage invincible », les qualités morales d’êtres exceptionnels. Si les Grecs composaient des poèmes, des chants de victoire à la gloire des héros flamboyants, c’est parce qu’ils savaient bien que «privée de l’hymne qui la loue, la valeur reste couverte d’une obscurité profonde ».… Continuer la lecture

  • Christine Orban

    Littérature

    Christine Orban : « Marie-Antoinette était une femme bienveillante, bonne et simple »

     

    Christine Orban 2

     

    « Devant le regard inflexible de la postérité » que reste-t-il de Marie-Antoinette ? De la plus célèbre des reines de France ? Un portrait flatteur, celui d’une icône ravissante « dont il est difficile de balayer l’éclat qui environne son existence » qui fascine encore et toujours écrivains et cinéastes, « une jeune femme toute de grâce et de grandeur » à « la démarche de déesse » écrit Stefan Zweig, une reine tendre et dévouée à ses enfants, la femme énergique, courageuse, admirable des dernières  années, qui monte dignement les marches de l’échafaud. Ou une légende plus noire, celle d’une reine volage, dépensière, futile et frivole, d’une espionne autrichienne que l’on traînera des palais à la prison, du trône à l’échafaud. Qui a raison, qui a tort ? Qui est vraiment Marie-Antoinette ? On croyait tout savoir sur elle.… Continuer la lecture

  • Patrice Dard

    Littérature

    Patrice Dard : « C’est fini ! J’arrête les San-Antonio ! »

     

    Patrice Dard

    © Francis Poirot

     

    Tout le monde connait San-Antonio ! Les aventures du fringuant commissaire, amateur de galipettes, de péripéties cocasses, d’enquêtes loufoques et sa fine équipe de joyeux acolytes, j’ai nommé les inénarrables sieurs Béru, Berthe, Pinaud dit Pinuche. Son auteur, Frédéric Dard, fut un dieu vivant pour toute une génération. Adulé, vénéré par plus de 200 millions de lecteurs, auteur de 174 «San-Antonio», ce génie à la gouaille phénoménale qui chaque jour s’attablait à son bureau avec une discipline d’ascète (trois pages par jour et tous les jours) en portant une cravate par respect pour ses lecteurs, ne ressemblait à personne. Dans ses romans, il a sauvé la langue, en réinventant l’argot à sa manière. Il a osé le grand écart : le libertinage et le spirituel. La fesse et la Vérité. Le burlesque et le macabre.… Continuer la lecture

  • Le printemps des poètes

    Littérature

    Pour le printemps, trois petites notes de poésie…

     

    Calligramme

     

     

    Plénitude du sentiment

     

    Quand de la peine naît le sourire
    Quand du soupçon naît le désir
    Quand d’un brin de temps subsiste le chamboulement
    Quand d’une rose de passé renaît le sentiment

    Quand de l’incompris naît le savoir
    Quand de l’être naît l’avoir
    Quand d’un silence atroce apparait une parole
    Quand d’une vision satanique renaît une auréole

    Quand de l’attente naît l’étonnement
    Quand du rêve naît l’évident
    Quand d’une ébauche apparait un dessin
    Quand du vieillard renaît l’enfantin

    Quand de l’espoir naît la désillusion
    Quand de la lassitude naît la pendaison
    Quand d’un parfum éclot une foule de sens
    Quand d’un frôlement renaît la conscience

    Quand de l’étrange naît l’exclus
    Quand de la folie naît l’incongru
    Quand du hurlement paraît le calme
    Quand d’une exclamation renaît une âme

    Quand de la vie naît l’essentiel
    Il y aura tantôt des chemins de ciel

    D.A  BRONJA

     


     

    Le cas chaleureux du chacal heureux

     

    Il était une fois un éthique chacal
    Qui vivait pauvrement aux fins fonds du Niger.… Continuer la lecture

  • René Frégni

    Littérature

    « J’ai tellement aimé ma mère que j’aime toutes les femmes »

     

    René Frégni

     

    Dans les livres de Frégni, il y a de la passion, du plaisir, de la folie, du génie, de la rage, de la révolte, de l’amour fou, de la volupté, « du bruit et de la fureur ». C’est tout le sud de Giono qui gronde entre ces lignes, avec la force d’un rugissement, d’un roulement de tambour, d’un bouillonnement. On est éclaboussé de lumière, ébloui par le soleil et par l’ombre, on flirte avec Dieu et le Diable, entre fulgurance et fracas. C’est un cri, c’est un don. C’est flamboyant comme l’été dans les collines à Manosque… C’est Giono au XXIème siècle.

    Lire René Frégni, c’est se régénérer. On entre avec délectation dans son dernier roman « Je me souviens de tous vos rêves » qui fleure bon la Provence flamboyante. On tombe dans sa lumière, enivré par cette nature aimée, cette nature belle comme un fruit, et on en ressort ému, foudroyé, « autrement le même » comme dirait Lacan.… Continuer la lecture

  • Michel Bussi

    Littérature

     « Savoir que mes romans sont lus, c’est ça mon vrai luxe ! »

     

    Michel Bussi

    Michel Bussi est l’un des écrivains préférés des français. Ce romancier qui caracole toujours et encore en tête du box-office des meilleures ventes avec Marc Levy et Guillaume Musso, est un homme d’une simplicité désarmante. Il vous reçoit chez lui, avec un petit café, un grand sourire et son admirable gentillesse. Jamais un mot plus haut que l’autre, jamais une critique envers les autres romanciers, il n’est que patience, écoute et immense bienveillance envers l’humanité toute entière. Lui qui scotche un million de lecteurs à chacun de ses romans, avec ses scénarios haletants, son souffle, sa subtilité et son sens du suspense; lui à qui la vie a servi « le grand jeu » en matière de succès littéraire, lui que le public adule, est tout le contraire d’une star. Il est juste content d’écrire des romans parce qu’adolescent, il adorait en lire !… Continuer la lecture

Back to Top